mercredi 23 février 2011

Vie pratique in vivo

Les activités ne semblent guère intéressées Melle Libellule quand je lui en propose elle les fait une fois correctement et puis va chercher un nouveau plateau et les enchaine pendant une vingtaine de minutes. La concentration est de courte durée et elle semble beaucoup papillonner. Je m'interroge et vu que je n'en suis qu'au début de mes lectures des ouvrages de Maria Montessori, je n'ai pas encore tous les éléments de réponse. A mon avis, plusieurs facteurs sont en cause dans ce papillonnage:
  • n'étant pas encore suffisamment calée, ma présentation des plateaux a surement été maladroite
  • je suis trop ambitieuse même si Melle Libellule fait la plupart des plateaux avec aisance (tri de deux couleurs, enfilage de perles sur un scoubidou, remplir un bac à glaçons de pompons avec la main, avec une pince)
  • la disposition de la pièce fait que son attention peut être attirée ailleurs
  • l'ambiance n'est pas au point (pas encore de régularité, présence de la petite sœur et pas de pièce réservée notamment)
  • je n'ai pas trouvée la juste place d'éducateur/observateur
Mais je nous donne du temps. A moi pour lire, m'absorber de mes lectures, organiser l'espace et m'organiser moi-même (faire une formation). A elle, pour grandir, s'intéresser à ce qui l'entoure, poser des questions et vivre non pas à côté de nous mais avec nous.

Et dans ces moments, j'aime qu'elle nous suive dans nos activités, nous observe et décide d'y prendre part. Elle est très souvent avec nous pendant le ménage, les activités autour du linge, le jardinage mais ce que j'aime le plus en ce moment, c'est les moments en cuisine. J'aime pas trop cuisiner mais j'aime qu'elle vienne faire avec moi ou la voir suivre son père pendant la préparation des repas, cela donne de beaux moments de complicité et de concentration et surtout de la vie pratique ancrée dans le réel.

 janvier 2011
 Septembre 2010
Août 2010

vendredi 18 février 2011

Phobie scolaire

Je vous propose de signer une pétition qui me tient à cœur car elle me touche de près  pour la reconnaissance de la phobie scolaire comme maladie par le ministère de l'Education Nationale.

C'est ici.

Je prépare un article sur le sujet....